750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
au cochon heureux !
au cochon heureux !
Publicité
au cochon heureux !
  • " J'aime les porcs. Les chiens nous regardent avec vénération. Les chats nous toisent avec dédain. Les cochons nous considèrent comme des égaux." Sir Winston Churchill . Et si nous considérions maintenant les cochons avec respect ?
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Visiteurs
Depuis la création 875 356
Archives

badge-chefsimon-126x126

Retrouvez-moi chez :

 

recettes-de-cuisine-logo-garcon

Enregistrer
Newsletter
Derniers commentaires
3 novembre 2015

Sire Pot-au-feu et dames Marikknepfle !

Les Mariknepfle

 

 

Un titre bien pompeux pour quelques livres de barbaque faisant trempette dans le bouillon....me direz-vous ! Mais qui n’a jamais salivé en humant le fumet du pot-au-feu, alors que midi approche et que l’on s’active à rouler les quenelles de moelle.....L’appétit arrive au galop, vous saisit les tripes et si vous étiez un mammifère à quatre pattes, vous vous mettriez sans doute même à baver un peu (sur le pantalon de quelqu’un que vous n’aimez pas trop, histoire de...)

 

Mais le premier pot-au-feu de la saison est magique ! Non seulement il nous donne bonne conscience car n’oublions pas les légumes qui lui font la cour, on peut ensuite se vanter d’avoir mangé ses 5 légumes du jour  mais en plus la viande bouillie n’étant pas grasse, on se croirait presque au régime ! Ça c’est pour le côté diététique...pas le plus important à mes yeux...

 

Mais encore ! Le pot-au-feu permet de décliner à foison les accompagnements et modes de présentation. Mon plat préféré étant la salade de viande (je vous donnerai ma recette -un jour- si vous êtes vraiment bien sages ! ) avec les pommes de terre rissolées et salades diverses....ça y est, j’en salive !

 

Et puis le pot-au-feu est un plat consensuel ! Ben oui ! Il met tout le monde d’accord : les enfants qui préfèrent la viande avec les patates rissolées, l’ado au régime qui ne mangera que les salades en chipotant avec un bout de bœuf pas plus gros qu’un œuf , les vrais durs qui en reprendront trois fois avant de passer au schnaps pour digérer tout ça et peut-être même la végétarienne qui consentira à grignoter quelques salades et des pommes de terre...et puis dans consensuel il y a « sensuel » et quoi de plus sensuel qu’un bon plat ?

 

Oui, je sais, je suis bavarde et je tarde à passer aux choses sérieuses ! Mais moi je m’en fiche, mon pot-au-feu mijote déjà sur le coin du feu depuis un moment et ça me laisse le temps de m’occuper de vous, de vous donner de l’appétit et l’envie de courir chez le meilleur boucher du quartier pour acheter de quoi faire....

 

Car le pot-au-feu ne demande pas un énorme travail, c’est un avantage supplémentaire, non ?

 

Voici ma recette, à la louche....n’hésitez pas à varier les morceaux de bœuf !

Pour 4 personnes (voir large, on en mange plusieurs fois sous diverses formes....n’oubliez pas ! )

Cuisson : trrrrrès longtemps, c’est la qu’est le secret ! Mais vous pouvez faire un tour, inutile de rester à côté de la marmite. Disons 4h !

-  2kg de viandes de bœuf minimum : paleron, macreuse, gîte à la noix, joue de bœuf, queue de bœuf....

-  300 gr de carottes, 1 gros poireau, 2 navets, ½ céleri, ½ chou vert, un bouquet garni,1 oignon piqué de 3 clous de girofle.

 

Je prends des bas morceaux de bœuf (genre queue de bœuf ) que je mets dans une énorme marmite (la plus grosse !!! ), de l’eau froide et le bouquet garni. Je commence donc la cuisson à froid, ce qui est important pour donner le goût au bouillon. Lorsque l’eau est à ébullition, j’écume les impuretés si nécessaire puis j’ajoute le reste de la viande et les légumes, du sel et des grains de poivre entiers. C’est parti pour une heure de cuisson. Ensuite, soit j’enlève les légumes (sinon ils finissent en purée ) soit le les laisse et j’en ferai une soupe éventuellement.

La viande peut continuer à cuire tranquillement, soit en 2 fois (on peut commencer la veille) soit 4h en tout.

 

Alors pendant ces 4 heures....que faire ?

J’ai bien quelques idées mais ce blog n’a pas pour vocation de parler de tout...hem...

Je vous donne toutefois quelques pistes, chacun y trouvera une idée (ou pas ! ).

1) En profiter pour faire un footing, ensuite vous n’aurez plus aucun scrupule à vous resservir en Marikknepfle !

2) Vous n’aimez pas le sport ? OK....vous avez certainement un blog de cuisine favori qui attend impatiemment qu’on lui adresse des commentaires positifs et qu’on parle de lui à toutes ses connaissances....Alors GO ! Il est temps de s’y mettre !

3) Sinon...et ça vous emballera moins, j’ai ma fille qui ne veut pas faire ses devoirs, si quelqu’un est volontaire pour bosser avec elle, je l’engage volontiers en échange d’un bol de soupe !

 

Mais pas de pot-au-feu sans quenelles !

 

Bref....j’arrête mes délires. Parlons maintenant des « Marikknepfle » ! N’en déplaise à mon amie Marie-Carmen, aussi dénommée « Marik » , rien à voir avec elle....Les « Marikknepfle » en alsacien, signifient « quenelles de moelle ». Et ça... c’est juste Hyper Miam ! On mange ces boulettes en entrée du pot-au-feu , dans le bouillon....ou alors en plat unique le soir. Mais ça va vous prendre un peu de temps....pas 4h de préparation mais une bonne demi-heure.

 

Je vous livre la recette illico. D’abord c’est bien meilleur fait maison, ensuite c’est un plat bon marché et de plus, une fois lancé, vous pouvez en préparer des tonnes, ça se congèle parfaitement bien.

 

Quenelles de moelle ou « Marikknepfle » :

- une dizaine d’os à moelle

- 1/2 bouquet de persil haché

- 2 grosses échalotes hachées

- 75gr de chapelure fine

- 50 gr de semoule fine

- 2 oeufs

- sel ,poivre

-noix de muscade

 

A l’aide d’un couteau économe, sortez la moelle des os. Si le chien a été sympa, faites lui pocher un os vide 10mn dans la marmite qui mijote, sinon....poubelle ! (les os, pas le chien ! )

Ajoutez tous les ingrédients et écrasez à la fourchette si vous êtes une chochotte ou mieux...à la main. Ça sera plus rapide et moins fastidieux avec vos petites mains velues car leur chaleur naturelle aidera la moelle à ramollir un peu et le liant se fera plus vite.

Quand vous obtenez une pâte, façonnez des boulettes de la taille d’une petite noix.Si la pâte ne prend pas , ajoutez un peu de farine, par exemple. Posez les quenelles sur des grandes planches en bois puis mettez-les au frais quelques heures. Ça leur permettra de se souder correctement et ne pas se déliter à la cuisson.

Puis vous décidez quand vous voulez les manger , il n’y a pas de règle non plus à tout ça, on fait comme on veut. Je crois que j’aime la cuisine pour cette raison, l’imagination est sans limite et même si quelques grincheux veulent absolument vous mettre des règles, vous pouvez les envoyer balader et n’en faire qu’à votre tête. Génial non ?

Donc pour la cuisson (je rappelle...après 2 ou 3h de repos au frais) . Faites réchauffer du bouillon ou prenez celui que vous avez sous la main, faites-y pocher les quenelles 10mn. On sait qu’elles sont cuites quand elles remontent à la surface du bouillon !

 

 

 

Publicité
Publicité
Commentaires
I
Hello j'en salive....mais je m'étonne il n'y a pas d'oeuf ni de farine???
Répondre
Publicité