au cochon heureux !

Lanzarote, au pays des volcans

20191024_110652

A mi-chemin entre la lune et le Mexique, les paysages et architectures de Lanzarote m'ont transportée loin des a priori que j'avais au départ. Pour moi les Canaries rimaient surtout avec tourisme de masse, hôtels SPA gigantesques,  hordes d'allemands déversées par des bus dans des boutiques de souvenirs made in China;...C'est certainement vrai quelque part, mais j'ai réussi à ne rien en voir et ne profiter que de la nature et des sites magiques aménagés par César Manrique, artiste local qui a su mettre son île en valeur.

Pour me retrouver loin des touristes entassés, j'ai réservé une maison (pas chère, en prime) au centre de l'île, à Téséguite, et pouvoir rayonner facilement aux quatre coins de ce caillou qui n'est pas si grand. Une voiture de location et hop....on file déjà loin de l'aéroport.

20191025_112207                                                                                                     la maison

20191024_094225                                                                                                       la vue en sortant sur le perron....ça va !

Je suis immédiatement tombée amoureuse des plantes locales. Evidemment, aucun arbre ne pousse, il n'y a que du volcan aride. Mais les succulentes, les cactées et palmiers sont de vraies merveilles. Il faut savoir que 40% des espèces sont endémiques et l'insularité représente bien sûr une barrière infranchissable pour elles. Le parc national de Timanfaya a été classé réserve de biosphère. Et le dépaysement est garanti. Un sentier bien caillouteux (comme le reste!) démarrait tout prêt de la maison pour nous emmener au sommet du volcan le plus proche avec son château Santa Barbara et son musée de la piraterie; Une petite balade sympa pour admirer les volcans sans croiser d'humain et se croire perdu sur une planète lointaine. Mars ? Oui, parfois car le sol peut prendre des teintes rouge orangé dues au fer bien présent ici;

20191025_105806                                                                                                      euphorbe sauvage

Je pourrais vous parler des plantes pendant des heures avec le milliard de photos que j'ai prises, mais vous vous lasseriez sans doute; Si on passait à la nourriture ? Après tout, c'est un peu le but du blog. Je m'étais promis de goûter à toutes les spécialités et j'ai presque réussi . Presque....car en une semaine, c'est tout de même un peu court. Mais le poisson étant l'aliment phare (et j'en mange très peu chez moi en Allemagne, vu que la mer est à des centaines de kilomètres) je me suis régalée . Je n'ai hélas pas pris de photos de tous les plats (les plantes, vous dis-je ! elles ont retenu toute ma passion de la photo ! ) mais je vais essayer de vous raconter tout ça.

Poissons et fruits de mer :

Les côtes des Canaries sont poissonneuses et les petits chalûts locaux rapportent du poisson frais chaque jour. Ainsi il ne faut pas hésiter à commander les assiettes de poissons grillés du jour. Sardines, vieja , morène, mérou....et j'en passe ! Souvent servi avec des papas arrugadas et les fameuses sauces mojo verte ou rouge. Un délice !

20191030_130232                                                                              poisson du jour à  Arrieta

20191029_134904

                                                                                                     retour de pêche

Le plus étrange que j'ai pu goûter fut le premier soir à Téguise, dans l'excellent restaurant "Palacio Ico". Des berniques à peine tièdes accompagnées d'une fine sauce (dont je n'ai pas compris le nom) mais une explosion de saveurs ....puis des chips croustillantes de murène bien salées...un vrai régal ! Sans parler du poisson cru délicatement assaisonné de mojo verde et rosso. Ah on ne se laisse pas abattre à Lanzarote.

J'ai également adoré le poulpe frit , les crevettes à l'ail, et les sardines grillées....bref...tout ! Ne soyons pas chauvins, on mange très bien la-bas pour un prix raisonnable.

 Légumes, fruits et féculents :

J'avais entendu parler des fameuses "papas arrugadas" , pommes de terre frippées au sel des Canaries. C'est vraiment un incontournable.Les pommes de terre de l'île sont cuites dans de l'eau avec du sel puis on les laisse se friper en fin de cuisson pour que leur peau (que l'on mange) soit salée à la perfection. Evidemment, la qualité des sauces servies en accompagnement , mojo verde ou mojo rojo fait toute la différence. La sauce verte est à base de coriandre, cumin, ail et la rouge à base de poivrons, d'ail et piment. Les deux à l'huile évidemment. Ces deux sauces sont également servies avec le poisson, la viande....Il va falloir que je me lance dans la préparation de ces sauces qui sont vraiment intéressantes pour accompagner divers plats.

Une mention spéciale pour les pimientos del padron qui ne viennent peut-être pas des Canaries (je n'en ai aucune idée à vrai dire) mais servis frits avec un assortiment de fromages ,du boudin local aux fruits secs, direct sur une planche en bois, c'est un accompagnement parfait.

J'ai également craqué pour une pitaya, au marché du dimanche de Téguise, mais même parfaitement mûre, c'est surtout la couleur qui est intéressante. Le goût est plutôt fade et sans intérêt.Mais les fruits poussent sur leur cactus , j'en ai vu dans les jardins, au bord des routes....c'est vraiment étonnant .

20191027_095603



Le vin :
La route des vins de Lanzarote est vraiment incroyable. Pour une alsacienne dans mon genre qui a circulé dans tous les vignobles du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, je dois bien avouer que Lanzarote est une surprise. Comment la vigne fait-elle pour se développer dans la cendre volcanique ? Et bien, ça reste un mystère pour moi....mais les viticulteurs locaux ont construits des murets autour de chaque pied de vigne pour les protéger des vents sahariens . Le paysage en est transformé et ces cercles improbables confèrent un aspect presque mystique aux lieux. Quant au vin, c'est une très bonne surprise, je n'ai goûté que le rouge et le rosé, mais je valide l'expérience !
Un mot également concernant le rhum local...qui s'est évaporé très rapidement de la bouteille, allez savoir pourquoi ?

20191024_115743(0)

20191024_115714


Un peu de culture :

César Manrique a voulu transformer son île natale en le plus bel endroit du monde; "  Pour réaliser ce projet, il arrive à obtenir gain de cause auprès de Pepin Ramírez, un vieil ami de la famille, qui était devenu entretemps le président du gouvernement des Canaries. Ce projet prévoit de n'autoriser que la méthode de construction traditionnelle de Lanzarote, de renoncer aux bâtiments de plus de deux étages et même de supprimer tous les panneaux publicitaires situés sur les bords des routes." (source Wikipédia) 

Nous avons pu admirer quelques unes de ses oeuvres, ouvertes au public :

1) El Mirador del Rio

Je m'imaginais une tourelle de bois dans laquelle grimper pour voir au loin. Non mais franchement ! Quelle surprise en découvrant ce lieu magique qui n'a rien à voir avec ma stupide idée. Il s'agit bien d'une maison construite à même la roche sur un promontoire qui permet d'admirer le paysage, on peut également d'y installer et déguster un petit café en regardant la vue. Et quel paysage ! Tout est de bon gôut et parfaitement intégré au lieu; C'est un vrai bijou .....un de ces lieux étranges qui vous transportent dans vos rêves d'enfance les plus fous, de cabanes cachées au luxe discret...

20191025_181609

20191025_1754562) Lagomar :

Rien que l'histoire de ce lieu vaut le détour, mais franchement, j'ai été à deux doigts de me cacher dans un coin et d'y rester à jamais....Lagomar est située dans le village de Nazaret. Pour vendre les maisons de ce petit village, un promoteur immobilier demanda à César Manrique de fabriquer une maison dans une ancienne carrière et d'en faire un genre d'oasis capable d'attirer les éventuels acheteurs. Manrique commenca le projet mais se facha avec le promoteur; C'est Jésus Soto qui continua la construction de cette villa oasis, dans l'esprit de Manrique. En 1972, Omar Sharif qui tournait un film à Lanzarote tomba amoureux de l'endroit (franchement, on peut comprendre, si j'avais de la fortune, je me demande si je ne tenterais pas de l'acheter, on peut rêver....) et acheta la villa au promoteur; Celui-ci le regretta immédiatement et connaissant la passion du jeu d'Omar Shariff, lui proposa de jouer la villa au bridge, tout en lui cachant qu'il était champion à ce jeu de cartes. Omar perdit la maison dont il était propriétaire depuis quelques jours et ne revint jamais à Lanzarote.

Ce qui nous a permis de profiter du restaurant et du bar implantés dans la partie basse de la villa qui appartient toujours à des particuliers; Mais on peut visiter le musée et profiter du lieu ce qui est vraiment incroyable. Le restaurant est vraiment à recommander.

20191026_225149

20191026_225527Mes photos sont nulles, il faisait nuit ,mais malgré la légère pluie, nous avons siroté des cocktails excellents dans la grotte à l'étage....un autre monde pour oublier un temps les problèmes de la vie...quel magnifique souvenir.

3) Los Jameos del agua

C'est là le premier centre culturel, artistique et touristique crée par Manrique. Une pure merveille pour les yeux et sans doute les oreilles car il comporte un auditorium, entre autres. Construit sur un cône volcanique effondré dans lequel s'écoulait la lave, la nature et l'homme peuvent communier. Une grotte dans laquelle  Les crabes aveugles (Munidopsis Polimorpha), une espèce endémique de l’île peuvent vivre au gré du flux et reflux des marées, une piscine magique ...chaque détail de ce lieu vous transporte...décidément on voyage très loin en soi au centre de cette petite île....

20191029_115908

20191029_1209434) le jardin de cactus :

C'est la dernière des grandes créations de Manrique; D'une ancienne carrière il a imaginé un jardin avec 4500 spécimens de 450 espèces différentes : cactées, euphorbes....tout est sublime entre la roche noire du volcan et le bleu du ciel.

20191029_105625

20191029_103329

20191029_103154

Ecrire ces quelques lignes en repassant les photos m'a permis de me replonger dans ce monde presque onirique où la nature vous chatouille le coeur à chaque moment, entre mer et volcans.....Ce fut un beau voyage, un rêve permanent et maintenant qu'il fait gris et froid chez moi, je me replonge dans les souvenirs de ces instants paisibles où j'ai découvert un monde nouveau, peuplé de gens accueillants, de mets succulents dans un cadre pourtant si inhospitalier au premier regard.

20191029_163719Au revoir belle île sauvage, reste telle que tu es, ne te laisse pas défigurer....

 

Posté par Rita Siffert à 17:25 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,


             Au Cochon Heureux !

 

20181217_134611

 

Bienvenue à vous les gourmands ! Vous qui ne consommez pas à l'aveugle, vous qui préférez connaître votre maraîcher que le caissier du supermarché, vous qui vous enthousiasmez pour la production maison de légumes, de pains, de saucisses ....vous qui rejetez l'élevage industriel en batterie, vous qui savez qu'un cochon a du gambader heureux pour donner le meilleur de lui-même, vous qui n'ignorez pas qu'un légume ayant poussé sans soleil et sans terre est pire encore qu'un vin sans alcool,vous qui n'êtes pas prêts à échanger le pâté de campagne contre le tofu mais qui vous souciez du bien être animal...vous êtes ici chez vous !

Bienvenue aussi à tous ceux qui vivent la cuisine sans tabou, ouverts à toutes les divagations de la cuillère en bois et du tire-bouchon.

Un blog de cuisine est un lieu de partage alors laissez-moi vos petits commentaires, je les attends toujours avec délice !

 

 

Enregistrer

09 novembre 2019

Croziflette aux oignons frits

20191101_193716La tartiflette aux crozets savoyards est un classique, mais j'ai eu envie d'y ajouter de la saucisse de Morteau à la place des lardons et surtout pour faire plaisir à ma fille qui ne mange pas d'oignons, j'ai décidé de les faire frire à part en les déglaçant avec une lichette de vinaigre balsamique en fin de cuisson.Ainsi je ne lui en ai pas mis dans son assiette.  C'est vraiment un plat sympa en ces jours frisquets et j'ai eu du mal à garder quelques restes pour ma gamelle de bureau !

Si ça vous tente aussi, voici de quoi régaler quatre gourmands .

20191101_193606

Ingrédients pour 4 :

- 1 boite de crozets

- 1/2 reblochon

- 1 petite Morteau (au marché j'ai eu de la chance de trouver des mini saucisses, enfin pas si mini que ça mais juste de la bonne taille)

- 1 gros oignon

- 1 noisette de beurre

- crème liquide

- 1 rasade de vinaigre balsamique

- sel, poivre et noix de muscade.

Préparation :

- Faites cuire les crozets selon les indications du paquet. Puis égouttez -les.

- Coupez le reblochon en tranches. Faites cuire la saucisse à part.

- Epluchez et émincez l'oignon. Dans un peu de beurre, faites les revenir jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés. Ajoutez le vinaigre (environ 2 cuillères à soupe) et laissez caraméliser. Puis réservez.

- Versez les crozets dans un plat à gratin. Coupez les saucisse cuite en cubes ou rondelles. Ajoutez -la aux pâtes. Poivrez, mettez la muscade, mélangez. Ajoutez la crème, mélangez. Posez le reblochon dessus puis enfournez à 180° le temps de bien le gratiner. Puis servez avec une salade verte, par exemple;

06 novembre 2019

gésiers confits aux girolles

20191102_202028

Moi qui détestais les gésiers, rien que l’idée me donnait la chair de poule, je suis maintenant hyper fan des gésiers confits. En fait, c’est tendre et la chair se rapproche de la viande de pot au feu. Rien à voir avec les souvenirs de mon enfance, où j’avais l’impression de manger des restes de moignons humains….oui, on extrapole facilement aussi quand on est ado !

Mais une petite visite dans le Gers m’a totalement convaincue et je cours maintenant chez mon volailler préféré au marché de Strasbourg pour lui acheter ses petits confits.

Au départ j’avais dans l’idée de faire une salade, mais la météo pourrie et un petit air frisquet dans la maison grâce à un chauffage capricieux, m’ont donné envie d’improviser autre chose. Avec deux endives et de divines girolles débusquées en forêt l’après-midi même, me voici avec un plat de fête ! Facilité extrême et effet garanti ! A mon goût, il manquait une petite sauce, mais je n’avais rien prévu de tel et il a fallu s’en passer. Mais la douceur de l’endive braisée au miel apportait tout le moelleux nécessaire à ce plat.

 

Ingrédients pour 2 personnes :

- 250gr de gésiers confits

- 2 endives

- 300gr de girolles

- 1 cuillère à soupe de miel

- 1 peu d’huile

- 10cl de bouillon de légumes

- du pain rassis

- 1 gousse d’ail

- piment d'espelette

- sel et poivre

-persil

 

Préparation :

- Nettoyez les girolles, faites les revenir dans l’huile pendant 20mn au minimum à feu moyen. Salez et poivrez , ajoutez la gousse d’ail écrasée et un peu de persil puis réservez.

- Lavez et séchez les endives . Coupez-les en deux . Faites les revenir dans un peu d’huile sur toutes leurs faces, ajoutez le miel quand elles sont dorées (au bout de 5mn environ) , laissez caraméliser un peu puis ajoutez le bouillon et laissez réduire jusqu’à ce qu’elles soient bien tendres.

-Faites rissoler des petits dés de pain rassis dans du beurre ou de l'huile. Réservez.

- Faites revenir les gésiers dans leur gras jusqu’à ce qu’une belle croûte croustillante se forme autour. S’ils tombent un peu en morceaux, c’est normal. Mélangez ensuite aux girolles. Saupoudrez de piment d'espelette. Salez à votre goût.

- Pour le dressage, posez les endives au fond de l’assiette, puis posez le mélange girolles-gésiers et enfin les croutons.

- Poivrez bien. Et dégustez.

13 octobre 2019

pickles de tomates vertes

20191013_150029Par un beau dimanche d'octobre en Allemagne, quand on profite du réchauffement climatique en short dans le jardin....

L'homme : "tu   devrais en profiter pour arracher les pieds de tomates, elles ne rougiront plus. "

La femme (moi ...pour ne pas la nommer ) : " ouais ...ouais....". Dans ma tête : " bof....et la sieste , hein ?"

L'homme : "non , mais c'est vrai, ça ne sert plus à rien".

La femme (toujours moi en mode paresse)   : " mmmhh....je vais d'abord regarder un peu les blogs, hein..."

Quelques minutes plus tard, je lis l'article de Jackie sur son excellent blog "la cuisine de Jackie" et là...Incroyable mais vrai (ça n'arrive pas une telle coincidence avec les numéros du loto,par exemple ! ) je vois sa nouvelle recette de Pickles de tomates vertes. Je lis, je lis....et je vois que j'ai tous les ingrédients pour me lancer ! Aussitôt lu, aussitôt dans le potager avec un panier et hop....les petites boules vertes sautent dedans et je me réjouis à l'avance de ne pas avoir à gaspiller ces petits fruits tardifs qui auraient terminé leur courte vie dans le compost. C'est pas merveilleux! 

Jackie explique que ces pickles sont parfaits pour accompagner une tartiflette, par exemple. Mais je les vois également avec un plateau de charcuteries à l'apéritif ou simplement à grignotter avec un bon pain frais et un morceau de comté. Bref....voici le lien de Jackie et je vous livre sa recette ici bas, même si je n'y ai pas encore goûté car il faut attendre deux mois au moins avant de les consommer; ça être long, je le sens , car le curiosité me démange!

https://www.jackiecuisine.com/pickles-de-tomates-vertes/

Ingrédients pour 3 pots :

450 g de tomates cerise vertes
150 g de cassonade
30 cl de vinaigre blanc
1 c à s de miel
1 c à c de graines de poivre
1 c à c de graines de coriandre
1 c à c de graines de fenouil
4 clous de girofle
3 branches de sauge fraiche du jardin
1 branche de romarin fraiche du jardin

J'ai rajouté une branche d'herbe à curry et des grains de moutarde

Préparation :

- Equettez et lavez les tomates. Séchez-les bien dans un torchon propre. Faites bouillir de l'eau et plongez-y les pots et leurs couvercles puis posez-les sur un autre torchon pour les égoutter.

- Faites bouillir le vinaigre avec le sucre et le miel. Piquez chaque tomates avec une aiguille. Remplissez les pots avec les tomates en alternant les couches d'herbes et de graines. Ajoutez le vinaigre chaud. Fermez ! C'est tout....Maintenant il faut patienter pour que les tomates absorbent tout ça et prennent un bon goût.

Tout le cela est parfait et m'a fait une excellente excuse pour ne pas arracher les pieds de tomates. .On ne sait jamais, je tomberai peut-être encore sur une recette pour les dernières petites boules vertes....à suivre....

tom

 


12 octobre 2019

brioche au sirop de Liège

20190927_170427Une bonne brioche aux ingrédients sains et gourmands, quoi de meilleur au petit déjeuner ? Il me restait du sirop de Liège et ce n'est pas quelque chose que j'utilise tous les jours, à vrai dire je l'avais même oublié; Pourtant cette pâte sucrée et acidulée à la fois qui n'est ni une confiture, ni une compote, fait parfaitement le job en lieu et place du sucre. Elle donne une couleur plus foncée à la pâte; mais le goût est excquis. Vous pouvez naturellement remplacer le sirop de Liège par du miel, aucun problème....

J'ai testé une nouvelle recette de brioche trouvée ici :

https://cuisine.journaldesfemmes.fr/recette/337408-brioche-tressee-de-mon-enfance

La consistance est parfaite, nous l'avons dévorée en un rien de temps;

Ingrédients :

- 500gr de farine

- 20cl de lait

- 1 sachet de levure de boulanger

- 2 cuillères à soupe de sirop de Liège

- 80 gr de beurre

- 2 oeufs

- 1 cuillère à café de sel

- 1 oeuf pour dorer

- du sucre perlé pour décorer

Préparation :

- Dans le bol du robot, mettez les oeufs entiers (enfin, sans la coquille tout de même) , le lait, le sirop de Liège et le sel et mélangez bien; Puis ajoutez la farine mélangée à la levure. Mettez le robot équipé de la feuille en marche pour 7 mn à vitesse 1 (lente) puis 5 mn à vitesse 2 (moyenne).

- Incorporez le beurre mou et activez encore le robot pour 5mn environ. Ne battez pas plus sinon votre brioche sera compacte. Si la pâte vous parait trop collante, pas d'inquiétude....ça va aller. Puis couvrez d'un torchon et laissez lever dans un endroit tempéré pendant 2h. Je n'ai pas dégazé la pâte au milieu du temps de pousse et le résultat était parfait. Au bout des 2h, tapez la pâte avec votre poings et façonnez votre brioche, soit tressée ou séparée en 3 boules que vous poserez dans un moule à cake tapissé de papier cuisson. Laissez pousser à nouveau 1h30 minimum dans un endroit tiède, couvert d'un torchon.

- Préchauffez le four à 180°. Dorez la brioche avec l'oeuf entier, saupoudrez de sucre en grains et enfournez pour 25 à 30mn. Difficile de résister à l'odeur de la brioche dans le four.....c'est divin !

02 octobre 2019

Guiness pie

20190927_205005L'Irlande est un pays superbe qui m'a laissé un souvenir inoubliable. Parmi les réminiscences nostalgiques vient bien entendu... la pinte de Guiness! Aucune Guiness au monde (même pression dans le meilleur bar !) n'a la même saveur que la-bas. J'avais soudain l'envie de quitter mon petit confort pour aller vivre à la dure quelque part dans ces landes sauvages (dont je parle à peine la langue ). C'était peut-être du à l'excès de bière ? Toujours est-il que je n'ai pu résister en voyant cette recette et je me suis lancée.Je me suis lancée à préparer la recette car côté vie sauvage, hélas....j'ai loupé le coche! 

C'est une recette de "Elle à table" et j'y ai simplement rajouté des pommes de terre car je n'aime pas manger la viande sans accompagnement et franchement la pâte feuillétée c'est sympa, mais ne nourrit ni son homme ni sa femme. Cette recette est fabuleuse en ce temps automnal et la maison embaume grâce aux épices "mixed spice" ou pain d'épices que vous pouvez ajouter si comme moi vous les aimez.

Ingrédients pour 4 :

- 1 pâte feuilletée

- 500gr de paleron de boeuf

- 1 Guiness de 33cl

- 4 belles patates

- 2 carottes

- 1 branche de cèleri

- 1 oignon

- 1 gousse d'ail

- 200gr de champignons de Paris

- thym + laurier

- sel et poivre

- 1 jaune d'oeuf

- 1 cuillère de farine

- 1 noix de beurre

- 1 cuillère à thé de mixed spice ou épices à pain d'épices

PS: prévoyez quelques Guiness supplémentaires à picoler pendant la cuisson et (ou ) le repas !

Préparation :

- Sortez la viande de firgo deux heures avant de commencer. Puis coupez-la en petits cubes.

- Faites chauffer le beurre dans une marmite qui pourra ensuite aller au four. Mettez les cubes de paleron à dorer. Ajoutez l'oignon émincé. Quand la viande est dorée, ajoutez la farine, mélangez rapidement puis versez la Guiness. Ajoutez ensuite la carotte lavée et coupée en rondelles, le cèleri émincé, l'ail écrasé, les épices. Il faut que la viande soit recouverte de bière. Sinon rajoutez encore de la bière ou de l'eau. Salez et poivrez. Laissez mijoter à feu doux deux heures minimum.

- Lavez et émincez les champignons et faites les revenir au beurre.Salez les légèrement.

- Epluchez les patates et coupez-les en grosses rondelles; Faites les cuire à l'eau salée . Plantez un couteau dedans, elles doivent rester fermes. Egouttez-les.

- Au bout des deux heures de cuisson de la viande, transvasez la dans un saladier. Ajoutez les champignons et mélangez. Mettez les rondelles de pommes de terre au fond de la marmite. Ajoutez la viande et les champignons.

- Préchauffez le four à 200°/

- Déroulez la pâte feuilletée et posez-la sur la marmite. Collez bien les bords. Vous pouvez aussi employer un plat à gratin rond. Badigeonnez la pâte avec le jaune d'oeuf. Faites des dessins sur la pâte (ou pas). Enfournez 20 à 25mn le temps que cuise la pâte;

- Sortez du four, cassez la pâte et servez la viande avec le feuilletage;

 

 

01 octobre 2019

feuilleté du cochon heureux

20190929_192042Je suis incapable de trouver un nom pour ce feuilleté que j'ai bricolé rapidement dimanche soir, étant bancale depuis deux semaines à cause d'un vilain mal de dos. Je pourrais peut-être lancer un concours : Trouvez un nom adapté à ce plat et vous gagnerez une endive ? Euh....non....ça ne va pas faire rêver les foules ? Bon...OK....je reste avec mon titre un peu bizarre car je ne sais même pas si le cochon qui a servi à faire ce fleichkäse a vécu heureux, en Allemagne très peu d'infos filtrent sur les origines et la tracabilité de la viande. Mais cela est un autre sujet....

J'ai donc simplement pris une pâte feuilletée rectangulaire au fond de laquelle j'ai posé des poireaux émincés et revenus au préalable dans un peu d'huile, une tranche de fromage à raclette, une belle "vesperscheibe" ( = grosse tranche)  de Fleichkäse (pain de viande allemand) et à nouveau une tranche de fromage à raclette.

On plie la pâte pour former un pochon, on soude les bords avec de l'eau, on quadrille le dessus avec un couteau, on badigeonne de jaune d'oeuf et zou....au four pendant 20mn à 180°. Accompagné de salade verte (ici de la scarole finement tranchée) et quelques grains de cumin saupoudrés dessus à la sortie du four et le tour est joué !

20190929_192007

25 septembre 2019

schneckekueche- chinois

20190920_131813Ce gâteau brioché est d'origine alsacienne, chez moi on l'appelle "Schneckekueche" , c'est-à-dire gâteau escargot, en rappel de son aspect "enroulé" . OK....mais d'où vient le mot "chinois" ? A cet instant je pense à mon défunt père (alsacien ) qui faisait de l'humour (aslacien) et prétendait que l'Alsace était le berceau de l'humanité et que toutes les langues étaient originaires de l'alsacien et en avaient dérivées. Oui oui...bien sûr....et la marmotte met le chocolat dans le papier ! Pas vrai ? Mais revenons à notre chinois....la petite histoire (et non mon père, pour une fois! ) prétend qu'un français "de l'intérieur" s'était fait livrer ce gâteau et que n'arrivant pas à prononcer le mot "schneckekueche" il aurait dit "de toute façon ,pour moi c'est du chinois." Allez....pourquoi pas! Après tout, puisque nous ne saurons jamais la vérité, tenons-nous en à cette version. Hopla !

Je fais mon mea culpa et j'avoue que j'ai utilisé de la crème pâtissière en sachet instantanné....oui...bon...on n'a pas toujours le temps !

Ingrédients :

- 1 sachet de crème pâtissière (ou fait maison ! )

- 1 grosse poignée de raisins secs ou des copeaux de chocolat

- 500gr de farine

- 2 sachets de levure boulangère + 1 sachet de levure chimique

- 7gr de sel

- 60 gr de sucre en poudre

- 2 oeufs entiers

- 60gr de lait

- 120gr de beurre fondu

- 1 jaune d'oeuf + 1 cuillère de lait

- 1 peu de sirop de fruits

- 1 moule à manqué à fond amovible de 26cm de diamètre environ.

Préparation :

- Tamisez la farine et versez-la dans le bol du robot. Ajoutez le sucre, la levure et le sel. Mélangez. Ajoutez le beurre fondu et les oeufs. A l'aide de la feuille du robot, mélangez et ajoutez progressivement le lait tiède. Laissez tourner le robot environ 10 mn, la pâte ne doit pas être collante. Puis laissez poser couvert d'un torchon , dans un endroit tiède pendant 1h30.

- La pâte aura bien levé. Sortez-la , étalez-la sur du papier cuisson. Faites un grand rectangle. Posez la crème pâtissière dessus ainsi que les raisins secs ou le chocolat.

20190920_123706

 - uis roulez-la sur elle-même et découpez des parts épaisses . Vous en aurez 8 environ. Beurrez le moule, posez les parts face coupée vers le haut. Laissez encore pousser recouvert d'un torchon pendant 30mn à 1H. Préchauffez le four à 180°. Badigenonnez le dessus avec le jaune mélangé au lait. Enfournez 35mn. Sortez le et badigeonnez de sirop de fruits. Attendez qu'il ait refroidi pour démouler;

24 septembre 2019

salade de pommes de terre bavaroise

20190920_150916La salade de pommes de terre, ou "Kartoffelsalat " est un grand classique de la cuisine bavaroise. Plus légère que certaines variantes (je vous explique pourquoi plus loin...) elle se déguste tout naturellement avec beaucoup de plats, chez soi, au restaurant et bien entendu pendant l'Oktoberfest. J'avoue que je l'aime particulièrement car elle allie douceur et acidité. Avec le fameux rôti "Krustenbraten" ou une paire de Wiener (des knacks chez moi en Alsace) , ou simplement avec un bretzel ou du pain, on tient là un grand classique dont tout le monde raffole....On peut y rajouter du lard frit pour un plat unique, mais je vous livre la recette nature.

En Allemagne du nord on l'assaisonne de mayonnaise. Mais les bavarois préfèrent une vinaigrette classique à laquelle on rajoute du bouillon de légumes pour alléger la sauce (et en manger le double ! ) . Si vous surveillez votre ligne, vous pouvez même faire l'impasse sur l'huile et n'assaisonner qu'avec du vinaigre et du bouillon. Bien entendu les cornichons allemands sont indispensables. Plus gros mais surtout plus sucrés que les nôtres, ils sont indissociables de cette recette.

Ingrédients pour 4 personnes :

- 1kg de pommes de terre fermes

- 1 oignon

- 10 à 15 cl de bouillon de légumes

- 3 cuillères à soupe de vinaigre balsamique blanc

- 3 cuillères à soupe d'huile

- 1 cuillère à café de sucre

- des cornichons (autant que vous voulez)

- sel poivre

- un bouquet de ciboulette

- 1 concombre (en option )

Préparation :

- Faites cuire les patates à l'eau salée avec leur peau puis égouttez-les. Laissez poser 15 mn puis épluchez-les et coupez les en gros morceaux ou tranches.

- Emincez l'oignon. Dans une petite casserole, faites chauffer le bouillon de légumes, ajoutez l'oignon , le sucre et le vinaigre. Faites bouillir puis baissez le feu et laissez cuire à feu doux 8mn.

- Emincez les cornichons, ajoutez-les aux patates. Ajoutez ensuite le bouillon et l'huile. Mélangez bien. Vous pouvez ajouter du concombre épluché et coupé en tranches si vous le souhaitez. Salez et poivrez à votre convenance. Lavez la ciboulette et émincez-la dessus; Mélangez et laissez poser une bonne heure au minimum.